Centre de Formation d'Apprentis
de l'Enseignement Supérieur de Franche-Comté

Le CFA Sup-FC a pour mission de promouvoir et de développer l'apprentissage dans l'enseignement supérieur de Franche-comté

Il gère des actions de partenariat entre le monde économique et celui de l’enseignement supérieur, avec pour finalité la formation diplômante de jeunes par la voie de l’apprentissage.

Le CFA Sup-FC est dirigé par une association, l’association Apprentis’Sup Franche-Comté, qui regroupe, à l’échelle régionale, les principaux acteurs de l’économie et de l’enseignement supérieur.

Aujourd’hui, le CFA Sup-FC forme près de 480 apprentis par an et propose 36 formations en contrat d’apprentissage, du Bac+2 au Bac+5, dans des domaines aussi variés que :

Le CFA Sup-FC est un centre de formation des apprentis dit « hors murs », il ne dispense pas directement les cours. Toutes les formations sont mises en œuvre dans le cadre d’un partenariat entre le CFA Sup-FC et des établissements de formations partenaires habilités, actuellement l’Université de Franche-Comté et ses composantes et le CNAM Franche-Comté.

Le CFA Sup-FC, placé sous le double contrôle du Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté (contrôle technique et financier) et du Service Académique de l’Inspection de l’Apprentissage (SAIA) du Rectorat de Besançon (contrôle pédagogique de l’Etat) reste le garant de la qualité de l’apprentissage et gère dans son intégralité la partie administrative et financière du contrat d’apprentissage.

Le CFA Sup-FC en quelques chiffres 

 Evolution effectifsDepuis sa création, en 2008, les effectifs d’apprentis du CFA Sup-FC sont en croissance régulière, pour atteindre en 2015/16 le nombre de 480 apprentis accueillis dans 300 entreprises, essentiellement régionales.

En termes d’obtention des diplômes, le taux de réussite aux examens avoisine les 95 %. L’apprentissage n’est donc pas un frein à la réussite aux examens, bien au contraire.

Les résultats sont également concluants en termes de portée sociale, dans la mesure où l’apprentissage permet à certains jeunes l’accès à des niveaux d’enseignement supérieur auquel leur milieu social mais, parfois aussi, leur lassitude devant un enseignement purement académique ne les incitaient pas à continuer et à réussir.

Le taux de rupture de contrat est très faible – à peine 1 %.

Concernant insertion professionnelle des jeunes étudiants apprentis, ceux-ci sont embauchés à l’issue de leur contrat d’apprentissage, soit dans leur entreprise d’accueil (2/3) soit dans une autre entreprise où leur première expérience professionnelle constitue un atout déterminant.

Enfin, en termes de coopération avec les entreprises régionales, la plupart des contrats sont signés avec des entreprises situées en Franche-Comté.

NOS PARTENAIRES